Infractions, sanctions et poursuites

Il faut souligner que la législation en matière d’urbanisme fait l’objet de sanctions lourdes, à défaut d’être respectée.

Ainsi, le législateur a prévu, aux articles 300 et suivants du COBAT, des sanctions pénales en cas d’infraction d’urbanisme.

En résumé, il existe deux types d’infraction :

  • le fait d’avoir construit sans permis préalable, ou alors que le permis délivré était périmé,
  • le fait d’avoir maintenu des constructions illégales.

Il en résulte que l’acquéreur d’un bien qui a été construit sans permis est pénalement responsable, même s’il n’est pas l’auteur de la construction irrégulière. Le fait de maintenir la construction est en soi une infraction et est passible de poursuites pénales.

En cas d’infraction, le demandeur peut toujours déposer une demande d’urbanisme en vue d’obtenir la régularisation des constructions effectuées. Cela dit, si cette demande est refusée, il devra rétablir l’immeuble dans son état originaire, c’est-à-dire démolir ce qui a été construit, supprimer un appartement dans les combles, revenir à la destination initiale etc. 

Face aux plus récalcitrants, il arrive que le Parquet, le fonctionnaire délégué ou la commune cite le contrevenant devant le tribunal correctionnel. Dans ce cas, le propriétaire risque des peines de prison, d’amende, la confiscation des loyers perçus dans le bien litigieux et l’obligation de réaliser les travaux dans un certain délai sous peine d’astreinte.

Les sanctions sont donc lourdes.

Enfin, depuis 2014, vu la lourdeur de la procédure pénale, la Région a mis en place un système de sanction administrative. Si le Parquet décide de ne pas poursuivre en correctionnelle le contrevenant, ce dernier recevra du fonctionnaire sanctionnateur une amende administrative qui tiendra compte de la gravité des infractions reprochées. Les amendes varient de 250 € à 100.000 €.

Le contrevenant pourra faire état de ses moyens et solliciter d’être entendu pour que l’amende initialement proposée soit revue à la baisse, ou conditionnée à la réalisation, dans un certain délai, de travaux de régularisation.
 

AUTRES QUESTIONS DE CETTE RUBRIQUE :

  • La réglementation de l’urbanisme en Région de Bruxelles-Capitale n’est pas toujours aisée à manier. Différents instruments juridiques imposent leurs règles. Au niveau régional, il s’agit du C.O.…
    Lire la suite
  • Le COBAT prévoit « les actes et travaux qui requièrent un permis d’urbanisme » (art. 98). On peut citer : toute construction fixe, la division d’un immeuble en logements (p.ex.…
    Lire la suite
  • En principe, ce sont les communes qui, à Bruxelles, délivrent les permis. Dans certains cas, il s’agit du fonctionnaire délégué, soit l’autorité régionale. Ainsi, lorsque le demandeur de permis est…
    Lire la suite
  • La demandeur de permis doit joindre à sa demande une série de document : un formulaire de demande, une note explicative, des photos des lieux et du quartier, des plans, parfois l’avis du SIAMU ou…
    Lire la suite
  • Toujours en fonction de l’ampleur de la demande, la commune devra solliciter différents avis : la Commission royale des Monuments et sites, la STIB, la SNCB, Bruxelles-Environnement, Bruxelles-Mo…
    Lire la suite
  • Le COBAT prévoit que le demandeur qui n’a pas obtenu le permis tel que sollicité, peut former un recours auprès du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, et ce dans les 30 jours de la notifi…
    Lire la suite
  • Une fois délivré, un permis d’urbanisme est valable trois ans : le demandeur doit donc commencer les travaux dans ce délai de façon significative.  Il ne peut pas non plus interrompre les…
    Lire la suite
  • Il faut souligner que la législation en matière d’urbanisme fait l’objet de sanctions lourdes, à défaut d’être respectée. Ainsi, le législateur a prévu, aux articles 300 et suivants du COBAT, des s…
    Lire la suite